qui je suis

J'aime le corps, le mouvement. Les sens, les sensations.

Quand j'étais enfant, mes parents m'ont incitée à développer mon aisance corporelle. Qu’il s’agisse de marcher, danser, courir, sauter ou me relever… Ces exploits n’avaient aucun secret pour moi. Dès lors, j'ai développé un goût pour le mouvement, pour le moment. Peu importe mon âge, j'aimais "le mouvement de l'instant".

 

Mais lentement, sûrement, j’en ai eu assez. Plus je progressais dans l'existence, plus le mouvement perdait de sa superbe. Le voilà qui n’avait plus rien de bandant tant le système le rendait bancal. En ce sens, le scolaire m’a déçue, ennuyée. Trop d'heures de gym à rallonge. Trop de soeurs au régime. Trop de leurres, pas assez des miens. Trop de cours, pas assez de longs. À bas les pleurs, peurs, et autre éclats nichés dans ma poitrine. À bas les coups bats, la cocaïne, et autres cata comme résultats… Jamais plus je ne serai une figurine emprisonnée dans une vitrine sans liberté. Si le cinéma devait mourir, alors je le ressusciterais ! Ainsi ai-je dansé. Pour moi, pour les autres, pour 'Graine de Star'. Et je suis tombée, j'ai mal atterri. Je me suis retrouvée castrée, jusqu'à l'insomnie. Et puis après — plus tard — j'ai compris. Mon destin, mes envies, mon dessein. Tous bafoués. Désormais, j'agirai seule et contre foutre. Finies les fellations financières ! Au-delà du Genre, je serai désormais considérée pour ma réalité : un.e artiste complète qui conjugue Corps, Coeur et Couilles. 

Fascinée par la place du corps dans l’espace, je me suis instinctivement orientée vers la danse et l’art dramatique. Le montage s'est rapidement greffé à ma démarche artistique, m'apprenant à interpeler les sens à travers un jeu narratif et rythmique. Pour transmettre mes intentions de mise en scène plus globalement, j’ai amorcé mes premières réalisations en 2013, de façon autodidacte. Et c’est en les présentant à des Battles de courts-métrages et autres festivals alternatifs que j'ai pris conscience de l’écho de mon discours. J'ai alors acté mon désir de cinéma, en 2016, en intégrant la Fémis dans le cadre de "La Résidence". Ce programme fut l’opportunité d’un perfectionnement professionnel qui a donné lieu au développement d’un cinéma engagé : le mien. De cette résidence est né Prends mon Poing en 2017.

À travers mes projets, j’oeuvre à un cinéma d’auteur engagé, sensible et pluriculturel, qui met à l’honneur les parcours écorchés et les personnalités marginales. J’aime la dimension primaire de l’être, l'ivresse des sens, la corrélation entre esthétique et sémantique.

Au sein de mes créations et autres collaborations, il m'importe de privilégier l’économie des dialogues pour mettre l’accent sur les corps et rester au plus proche de l’émotion. Je trouve mon épanouissement dans la nature viscérale des projets pour lesquels je m’implique corps et âme, et ce quelle qu’en soit la forme. Fictions, documentaires ou encore clip musicaux… J’aime fabriquer avec passion et instinct. En cela, je m’attelle à élaborer un cinéma borderline, sensoriel, et incarné à l'excès.

 force & honneur.        

S. A A