qui je suis

J'

  le corps, le mouvement  

  les sens, les sensations  

avant propos →

Aussi loin que je me souvienne, ma créativité a toujours puisé son inspiration dans le corps humain, à commencer par le mien. À peine savais-je marcher que j’explorais déjà ses possibles, questionnant ses limites pour tenter de comprendre son champ lexical. Ainsi ai-je multiplié les pratiques, qu'elles soient sportives ou artistiques. Qu’il s’agisse de danser, dessiner ou gagner des grades en karaté, j'adorais expérimenter les disciplines physiques. Et très vite, j'ai affûté mon goût pour le mouvement, pour le moment. De là est née ma quête de cueillir l'instant.

Mais lentement, sûrement, j’en ai eu assez. Trop d'heures de gym à rallonge. Trop de soeurs au régime. Trop de leur(re)s, pas assez des miens. Trop de cour(t)s, pas assez de longs. Je voulais du vrai, du grand, du vaillant ! À bas les p(l)eurs et autres éclats nichés dans ma poitrine. Le fric n'est que
poison s'il est flanqué d'opportunisme. Alors finis les fracas arbitraires et autres fellations financières, je ne finirais pas figée dans une vitrine embuée ! C'était décidé : jamais je ne serai la figurine — et encore moins la pute — des patrons frustrés en mal d'emprise. Désormais j'agirai seule et contre foutre : mon désir, ma démarche, mon dessein. Ma réalité au-delà du Genre : un⋅e artiste complet⋅e qui conjuguera Corps, Coeur et Couilles. 

Fascinée par la place du corps dans l’espace, je me suis instinctivement orientée vers la danse et l’art dramatique. Le montage s'est rapidement greffé à ma démarche artistique, m'apprenant à interpeler les sens à travers un jeu narratif et rythmique. Pour transmettre mes intentions de mise en scène plus globalement, j’ai amorcé mes premières réalisations en 2013, de façon autodidacte. Et c’est en les présentant à des Battles de courts-métrages et autres festivals alternatifs que j'ai pris conscience de l’écho de mon discours. J'ai alors acté mon désir de cinéma, en 2016, en intégrant la Fémis dans le cadre de "La Résidence". Ce programme fut l’opportunité d’un perfectionnement professionnel qui a donné lieu au développement d’un cinéma engagé : le mien. De cette année est né Prends mon Poing, en 2017.

parcours →

À travers mes projets, j’oeuvre à un cinéma d’auteur engagé, sensible et pluriculturel, qui met à l’honneur les parcours écorchés et les personnalités marginales. J’aime la dimension primaire de l’être, l'ivresse des sens, la corrélation entre esthétique et sémantique.

Au sein de mes créations et autres collaborations, il m'importe de privilégier l’économie des dialogues pour mettre l’accent sur les corps et rester ainsi au plus proche de l’émotion. Je trouve mon épanouissement dans la nature viscérale de mes ouvrages, m'impliquant corps et âme. Fictions, documentaires ou encore clips musicaux… Qu'importe la forme, j'ai la flamme ! J’aime fabriquer avec passion et instinct, m’attelant à élaborer un cinéma borderline, sensoriel, et incarné à l'excès.

 force & honneur.        

S.AL